Introduction aux Pokémon shinies.

Salut les gens ! Vous savez ce qu'est un Pokémon shiny ? Oui, parfait. Cet article est fini, au revoir.

...

Bon en fait revenez. REVENEZ s'il vous plait, j'ai quand même envie d'aborder le sujet. Mais en faisant ça bien pour mettre tout le monde sur le même terrain : on va commencer par reprendre les bases, et on va finir sur des... Euh... Des bases, mais un peu plus poussées. Mais non ne faites pas la tronche, car je vous assure que les Pokémon shinies sont fichtrement intéressants*, vindiou !

*ceci est un avis entièrement subjectif.
Ce qui va suivre considérera que votre niveau de 
connaissances sur le sujet se limite à cette illustration.




Qu'est-ce qu'un Pokémon shiny / chromatique ?
Un Pokémon shiny est un Pokémon possédant une palette de couleurs différente de son espèce habituelle. Celles-ci varient selon les espèces : certains shinies possèdent une différence très significative (mais c'est à double tranchant : cela peut les rendre magnifiques, ou au contraire franchement laids), tandis que d'autres ne se mouillent pas et changent à peine d'un demi-ton leurs couleurs d'origine.

Instant confession : j'ai fui devant un Natu shiny sur Pokémon 
Vert Feuille car je n'avais même pas remarqué qu'il était différent.

Parfois, ce changement est loin d'être aléatoire et peut posséder une discrète référence. Par exemple, les couleurs de Tyranocif et Carapagos reprennent partiellement celles de leur concept art apparaissant sur la couverture d'un magazine japonais datant d'Avril 1997 (les versions Or et Argent sont sorties en Novembre 1999 au Japon).


En plus des couleurs qui sortent de l'ordinaire, un anneau d'étoiles apparaît brièvement autour du Pokémon en début de combat, accompagné d'un son de scintillement. Comme ça, que ce soit visuellement ou auditivement parlant, on ne risque pas de le louper. D'où l’appellation "shiny" qui est bête comme chou : il brille, donc on le nomme comme ça. Point.

On raconte que ceux qui possèdent un Keunotor 
shiny ont vu leur sex-appeal grimper en flèche.

Ces Pokémon spéciaux sont apparus sur les versions Or et Argent, et leur existence a été prouvée et mise en avant grâce à un dragon marin désormais très célèbre : le fameux Léviator rouge du Lac Colère. Il est d'ailleurs le seul de la série (hors spin-off) à avoir une explication sur sa couleur. En effet, celle-ci serait la cause d'une mutation génétique causée par le radar de la Team Rocket qui sert à contrôler l'évolution des Pokémon. 

On peut dire qu'après cette métamorphose... Il voit rouge !
[Ce calembour foireux vient de vous faire perdre 90% de votre audience]

Il n'y a que dans les versions Or/Argent/Cristal que les Pokémon shinies sont plus puissants que les autres car leur caractère shiny (le morceau de code qui permet de déterminer s'il l'est ou non) était basé sur les Ivs du Pokémon et ceux-ci devaient obligatoirement être supérieurs à la moyenne. Ce détail fut rectifié dans les versions suivantes ce qui fait qu'à partir de la 3e génération, ils ont des statistiques identiques à celles d'un Pokémon lambda.

Mais hormis sa couleur, ce qui caractérise un Pokémon shiny est principalement sa très grande rareté qui ravit les collectionneurs les plus assidus. Pour vous donner une petite idée de la chose, des versions Or/Argent à Noir 2/Blanc 2, on a 1 chance sur 8192 d'en croiser un. Depuis les versions X et Y, c'est passé à 1 chance sur 4096. Vous pensez peut-être que ce n'est pas énorme, mais croyez-moi, rencontrer 1000 fois le même Pokémon déjà, on le sent passer.
Par contre attention, il n'y a pas un Pokémon shiny qui vous attend toutes les 8192 rencontres. Quand on rencontre un Pokémon, celui-ci a une chance sur 8192 de briller. Vous avez saisi la nuance ? Cela veut dire que si vous êtes poisseux, vous pouvez très bien avoir croisé des dizaines de milliers de Pokémon dans votre carrière de joueur sans avoir vu un seul shiny.

Cet artwork rétro de Gold me donne l'impression 
qu'il a envie de faire un brofist au Dracaufeu.

D'ailleurs pendant longtemps les Pokémon shinies étaient considérés comme trop rares pour avoir un nom officiel. Cela explique pourquoi les termes varient selon les gens : pour certains, ce sera un Pokémon "shiney" et des Pokémon "shineys", tandis que pour d'autres ce sera un "shiny", des "shinies". Bon, ça ne nous empêche pas de nous comprendre pour autant mais des guerres ont déjà été déclarées pour ça. (humour)

On ne verra la désignation "Pokémon chromatique" dans le Pokédex qu'à partir des versions Noir et Blanc. Cependant, on peut noter que Pokémon Stadium 2 les nomme sobrement "Pokémon Couleur".




Y a-t-il beaucoup de Pokémon shinies dans la série ?

Dans les jeux :
La rareté des Pokémon shinies ne les a pas pour autant empêché de se propager à travers les cartouches des joueurs, notamment grâce aux events Pokémon qui proposent parfois des créatures aux couleurs inhabituelles.

Distribution de Raikou, Entei et Suicune shinies par événement en 2011.

Il est d'ailleurs intéressant de noter que leurs distributions apportent parfois une petite quête annexe, histoire de souligner leur importance et leur aspect unique. Je pense par exemple aux trois chiens légendaires qui permettent de débloquer un Zoroark dans Pokémon Noir et Blanc pour faire la promotion du film "Zoroark le Maître des Illusions", ou à l'adorable Pichu (surnommé le "Pichu aux couleurs de Pikachu") qui permet de rencontrer le Pichu Troizépi à l'autel du Bois aux Chênes. 


Cependant, il arrive que certains événements soient moins conventionnels, car Game Freak est très farceur et aime produire un peu de suspense. En effet récemment, un Arceus a été distribué pour toute personne ayant pré-commandé un ticket pour la sortie du film "Hoopa et le Choc des Légendes" au Japon, et celui-ci a 1 chance sur 19 d'être shiny. Bien sur, il est inutile d'éteindre sa console et de la rallumer pour espérer le voir briller, et c'est impossible d'avoir plus d'un code par cartouche. Bon après il n'y a pas de quoi se plaindre non plus, dans le pire des cas on a un Arceus et franchement c'est pas si mal.

Mais en dehors des distributions par événement, le joueur est en mesure de croiser quelques Pokémon brillants au cours de son aventure.
Dans les versions Diamant/Perle/Platine, il est possible d'apercevoir un Mélofée aux oreilles vertes sur l'écran des bornes du Casino. Bien sûr, il n'est pas aussi rare qu'un shiny sauvage, mais sa particularité est qu'il donne un boost de chance, ce qui rend les parties interminables et fait graver au fer rouge dans la tête la petite musique très répétitive du bonus (vu et vécu).

Petite musique très répétitive du bonus ICI
(attention vous l'aurez dans la tête pour le reste de la journée)
PS : bougez votre popotin énergiquement sur le thème du Casino, nom de Dieu ! *party hard* \(°0°\)

Quant aux shinies capturables (je veux dire par là qu'on peut les avoir sans se sortir les doigts du... Des poches), il en existe quatre dans toute la série à l'heure actuelle :
-Le Léviator rouge du Lac Colère dans Or/Argent/Cristal et leurs remakes
-Un Minidraco rose ou un Griknot bleu donnés par un PNJ dans Noir 2 / Blanc 2 une fois qu'on a battu le petit-fils de Goyah : Guajava, un gamin au look un peu douteux.
-Un Tranchodon noir qui attend tranquillement qu'un dresseur vienne le capturer au fond de la Réserve Naturelle, toujours dans Noir 2 / Blanc 2. Pour avoir accès à cet endroit, il faut avoir vu tous les Pokémon du Pokédex Régional.




Dans le dessin animé :
En plus de 800 épisodes et 18 films, Sacha aura quand même croisé une flopée de Pokémon shinies : plus d'une vingtaine au total ! La plupart du temps ceux-ci appartiennent à des dresseurs, donc ils ne possèdent qu'un rôle anecdotique histoire d'ajouter un peu de cachet à l'épisode. Mais notons tout de même que le premier Pokémon brillant rencontré dans l'animé est capturé par Sacha, et il s'agit d'un Noarfang doré très astucieux. Comme dans le jeu, ils sont introduits dans la région de Johto.


Les shinies dans l'animé sont parfois utilisés pour démarquer deux Pokémon d'une même espèce. Par exemple dans le film 13, on a besoin de différencier les deux Suicune au cours de l'histoire. Du coup PAF ça fait des Chocapic, l'un des deux brille, même si cela va à l'encontre (et du coup provoque une remise en question) de l'unicité des Pokémon légendaires.

D'ailleurs en abordant ce point, il est possible que le Ho-oh que voit Sacha dans le tout premier épisode de la série soit en fait chromatique, car l'aura dorée qui émane de lui est loin d'être semblable à son plumage rouge et vert habituel. Mais je préfère ne pas trop m'avancer sur cette hypothèse car les définitions Pokédex précisent bien que "Les plumes de Ho-Oh brillent de sept couleurs selon l'orientation de son corps par rapport à la lumière." [Pokémon Rubis et Saphir].
Mais en supposant que cette théorie soit exacte, son apparition aurait fait d'une pierre deux coups : on aurait introduit dès l'épisode 1 à la fois l'arrivée imminente de la seconde génération sur console, et l'existence des Pokémon shinies.


Il existe plusieurs façons de différencier deux mêmes Pokémon présents dans un épisode : certains ont une mèche sur la tête, ou encore des tâches qui leur sont propres... Et d'autres bah, on ne sait pas trop : ils n'ont pas la palette de couleurs de leur espèce habituelle, mais ce n'est pas leur forme shiny non plus. Je pense par exemple au Papilusion rose qui accompagne celui de Sacha dans l'épisode 21, qui a possiblement inspiré par la suite l'épisode où apparaît l'Île Guimauve, qui a la particularité d'avoir des Pokémon entièrement roses à cause de ses fruits.


Dans le même genre, un autre Pokémon fait débat : un des frères du duo Kecleon, que l'on retrouve aussi bien dans le dessin animé que dans les jeux Donjon Mystère. Afin que l'on puisse différencier les deux Pokémon, l'un d'entre eux a le corps entièrement violet. Mais personnellement, je ne trouve pas cela problématique : il est bien expliqué dans la définition du Pokédex que Kecleon peut changer de couleur à volonté, sauf en ce qui concerne sa bande ventrale qui reste rouge. Etant donné que le frère Kecleon n'échappe pas à la règle, il s'agit peut-être juste d'une préférence de sa part.




Dans les spin-off :
Parler de ce duo Pokémon est l'occasion idéale pour enchaîner avec le spin-off qui les concerne : la série Donjon Mystère. En effet, ces jeux peuvent se targuer d'avoir un Pokémon shiny très mignon et surtout bien particulier, qui n'est autre que Celebi. Sa couleur rose est un bon argument pour donner un genre à ce Pokémon normalement asexué mais cependant, il n'est valable que pour les dialogues, les donjons ne prenant pas en compte cette modification scénaristique (du coup elle restera insensible à la capacité Attraction, par exemple).


Avec le Léviator rouge, elle est la seule à avoir une explication sur sa teinte rosée. Comme le cours du temps est perturbé et qu'il s'agit d'un Pokémon temporel, ce bouleversement chronologique se traduit par une modification de ses couleurs habituelles. Celles-ci redeviendront normales une fois le scénario terminé.
Au cours de l'histoire, elle développera -secrètement- un attachement particulier voire des sentiments amoureux explicites pour Massko, un des personnages principaux du jeu qui a le rôle du Pokémon solitaire, courageux et ténébreux. En effet, le joueur aura l'occasion de la voir balbutier en rougissant timidement dès qu'elle parlera de celui-ci, ce qui est... Complètement adorable. Pour une fois que nous ne sommes pas frustrés par l'ambiguïté relationnelle habituellement omniprésente dans la série !
Je suis une grande fan de romance niaise et dégoulinante et j'assume.


Mais cette petite fée girly est l'unique Pokémon chromatique à avoir l'honneur de posséder un minimum de background et de personnalité dans les spin-off. Pour le reste des monstres brillants, on retourne à des apparitions beaucoup plus secondaires et anecdotiques.

Restons sur cette série et abordons maintenant le dernier opus en date, "Pokémon Donjon Mystère : Les Portes de l'Infini". Pour une raison inexpliquée, Ho-oh est le seul Pokémon à pouvoir se revêtir de ses couleurs dorées, mais manque de bol, il est impossible de le recruter : on peut juste le combattre lors d'une mission spéciale et sa version shiny apparaît de façon aléatoire. En gros, il sert juste à nous en mettre plein les mirettes le temps de quelques minutes.


Dans cette catégorie de personnage-vitrine, on peut aussi y inclure le Rayquaza noir de Nobunaga, un seigneur qui a le rôle d'antagoniste principal du jeu Pokémon Conquest. Là encore, malgré le charisme absolu du dragon anthracite, il n'apparaît que pour une ou deux batailles et quelques lignes de dialogue. Mais il n'y a pas de quoi en pleurer en criant au gâchis car de toute façon, étant donné qu'il est issu d'un Tactical RPG qui n'a jamais eu de sortie officielle française, sa popularité dans nos contrées est quasi-nulle.


Quant au reste des spin-off, l'apparition des Pokémon brillants varie d'un jeu à un autre, ce qui est un peu casse-tête. Parfois il est possible pour le joueur d'en voir avec de la chance, d'autres fois ils ne sont tout simplement pas présents dans le jeu. On remarquera également qu'il n'y a pas de lien entre la date de sortie d'un jeu et l'apparition ou non des shinies dans celui-ci.
Je ne pense pas que ce soit très intéressant pour vous de connaître par cœur de taux de shinies de chaque jeu donc je vais me contenter d'aborder trois cas particuliers.

Dans Pokémon Colosseum, tous les Pokémon ont 1 chance sur 8192 d'être chromatiques, même ceux des dresseurs. Mais attention ! Si les Pokémon obscurs peuvent eux aussi être shiny, il leur est possible de perdre ce caractère après purification. Et à l'inverse, un Pokémon obscur normal peut avoir des couleurs hors du commun après avoir été purifié.


Les deux autres anecdotes concernent les jeux des "Pokémon à tête de jouet".
Il n'est pas possible de croiser de Pokémon shinies dans les niveaux de Pokémon Rumble U (ce n'est valable que dans Pokémon Rumble premier du nom sur Wii et heureusement pour nous, ils se recrutent automatiquement), mais si on possède la figurine d'un Pokémon shiny et qu'on la pose sur le gamepad, alors on peut l'incarner et le contrôler dans le jeu. En plus, ça fait une déco plutôt sympathique.


Pour finir, My Pokémon Ranch sur Wii, qui n'est pas un jeu en soi mais plutôt une sorte d'espace de stockage à la manière de la PokéBanque, a la particularité d'avoir une des seules façons d'obtenir légalement un Mew chromatique : il "suffit" de déposer 999 monstres dans le ranch et de parler à Eulalie. Le Mew qu'elle nous donne a une chance sur 8192 de briller, donc les plus acharnés peuvent en profiter pour éteindre et rallumer leur console jusqu'à tomber sur sa jolie teinte bleutée.

Le Mew est très choupi, mais le fait que tous les autres 
Pokémon regardent le joueur en arrière-plan est un peu flippant.



Sur les cartes Pokémon :
Les toutes premières cartes à posséder des représentations de Pokémon shinies sont celles de la série Neo Révélation, sortie en 2001 au Japon et aux Etats-Unis. Pour concorder avec l'esprit des jeux Or et Argent, seuls Magicarpe et Léviator disposent de leurs couleurs inhabituelles. Elles sont cependant bien visibles et mises en avant, comme le prouve leur nom qui est précédé du terme "Shining". (ou suivi du terme "Brillant" mais c'est tout de même moins classe)


(Par contre excusez-moi, mais une très forte envie de parodie moisie m'envahit à l'instant... Je dois... Résister... Gnnnnnmrf... Oh et puis zut.)

"Shining Gyarados"

Euh hum bref... Reprenons.

La série suivante sortie quelques mois plus tard, nommée Neo Destiny, fait les choses en grand et inclut huit Pokémon shinies qui n'ont cette fois-ci aucun rapport avec le scénario des jeux (Celebi, Dracaufeu, Kabutops, Mewtwo, Noarfang, Raichu, Steelix et Tyranocif), ce qui est non négligeable sur un total de 113 cartes. Le doute n'est plus possible, on officialise peu à peu ces Pokémon hors du commun, et pas de n'importe quelle façon : leurs illustrations possèdent un motif en relief de toute beauté.


Au fil des parutions de nouvelles cartes, les shinies se sont multipliés et ont fini par s'appeler les "Pokémon Star". Pour éviter les titres à rallonge, ceux-ci possèdent une petite étoile à coté du nom du Pokémon. Du coup cela donne Kyogre Star, Groudon Star, etc.
Bien évidemment, ces cartes sont très rares et par conséquent, très chères ! Il n'est pas étonnant de constater que leur différence de prix est significative par rapport aux Pokémon aux couleurs "normales". Pour certaines cartes, les prix s'envolent complètement : Umbreon Star et Espeon Star font partie des plus recherchées, et elles coûtent chacune environ 300€. Soit le prix de deux 3DS, six fauteuils Ikea modèle "Nolbyn" ou 306 sachets de gruyère râpé.


Par contre à l'inverse, il y a les cartes chromatiques qui ne le sont pas vraiment. Enfin le Pokémon en lui-même est d'une autre couleur, mais tout le monde s'en bat les steaks.


Ici par exemple, ce Nénupiot est shiny, brillant et tout, mais il ne vaut rien. Les gens n'ont ni d'attachement particulier au Pokémon, ni à la série de cartes, ni même à sa rareté qui n'est pas si exceptionnelle. Même la carte oublie de préciser qu'il est shiny, ce qui tend à renforcer son aspect de victime faible et inutile.



Et même sur les consoles :
Je ne vous apprends rien quand je vous dis que le principe d'une console collector, c'est d'être rare. Alors si en plus son motif concerne l'un des Pokémon les plus célèbres et les plus classes de la série qui est complètement sexy en shiny, cela donne la 3DS XL édition Dracaufeu Chromatique.
Produite en une quantité très limitée pour annoncer une nouvelle saison de l'animé Pokémon, elle n'a été disponible uniquement que par le biais d'une loterie spéciale au Japon. Et encore : ceux qui remportaient cette loterie ne l'avaient pas gratuitement, nooooon voyons ! Ils avaient juste gagné le droit de l'acheter. Vous la sentez d'ici, la rareté de la console ?
Cependant, la popularité de Dracaufeu l'ayant rattrapée et au vu du nombre de demandes, elle a pu être obtenable à l'occasion de quelques autres événements... Qui n'ont jamais quitté le Japon, au grand dam des occidentaux.





Qu'est-ce que la shasse de Pokémon ?
C'est grosso-modo faire des rencontres d'une même espèce de Pokémon ou d'un même Pokémon fixe en boucle pour espérer tomber sur sa forme chromatique. Donc le mot "shasse" est un néologisme qui veut dire "chasse de Pokémon shinies", tout simplement.

(la longueur de cette réponse contraste un peu avec le pavé de la question précédente donc pour meubler le tout, jouons à "Devine où est le Pokémon shiny")

Réponse : Essaie de trouver tout seul, tu devrais finir par t'en sortir avec un peu de bon sens.




Comment shasser ?
Si vous avez envie de vous lancer dans la shasse de Pokémon, vous avez l'embarras du choix : il existe plusieurs façons qui diffèrent selon notre niveau d'exigence, nos goûts, le degré d'adrénaline qu'on recherche, etc.

La Méthode Masuda :
Possède ce nom étrange car elle a été dévoilée par Junichi Masuda, un co-développeur qui a participé à l'élaboration de nombreux jeux Pokémon. Cela consiste à faire des œufs de Pokémon à la pension avec deux parents de nationalités différentes, ce qui multiplie par quatre les chances d'avoir un bébé shiny.
Ex : un couple constitué d'un Pokémon anglais et un autre japonais. Attention, s'ils sont tous les deux japonais ou anglais, ça ne fonctionne pas. 
Le challenge réside dans le fait d'enfourcher son vélo et de faire éclore des œufs en boucle, ce qui est relativement long. On notera que c'est la seule façon d'avoir un Pokémon brillant stratégique, puisqu'on peut en contrôler sa nature, ses attaques, et partiellement ses Ivs.
Astuce : prendre un Pokémon avec le talent Corps Ardent ou Armumagma dans son équipe pour que l'éclosion prenne deux fois moins de temps.



Utiliser des outils de recherche appropriés : 
Certains appareils permettent de s'assurer de rencontrer à la chaîne la même espèce de Pokémon dans les hautes herbes, ce qui facilite la shasse. Enfin... Si la facilité est bien visible dans Rubis Omega et Saphir Alpha avec le Navi-Dex, elle est complètement inexistante avec le Poké Radar de la 4e et 6e génération, qui a fait générer des pétages de plombs chez de nombreux joueurs.

Utilisation du Navi-Dex : On appuie sur l'icône du Pokémon que l'on recherche, on regarde si un carré d'herbe gigote autour de nous, si c'est le cas on s'approche doucement du Pokémon, on le met K.O, et on recommence. Difficulté : presque nulle.
Utilisation du Poké Radar : On active l'appareil de préférence dans une zone où il y a beaucoup d'herbe, on va sur un des carrés d'herbe qui a remué, on espère que ce soit le Pokémon recherché et si c'est le cas, on le capture ou on le met K.O. Après la fin du combat les herbes remuent à nouveau automatiquement et pour éviter de briser notre chaîne, il faut se diriger vers celles situées à plus de quatre cases de notre personnage et qui ont bougé de la même façon. Si on fait une chaîne de 40 Pokémon ou plus, on a 1 chance sur 200 de voir des herbes scintiller : elles contiennent à coup sûr un Pokémon shiny.
EN REVANCHE, la chaîne se brise si :
-On croise une espèce différente de Pokémon
-Il n'y a aucune bestiole dans les parages et qu'aucune herbe ne bouge
-On sort de la zone d'herbes
-On utilise le vélo ou les rollers par mégarde
-On sauvegarde notre partie
-On éternue, on se gratte, on bouge un peu, on cligne des yeux, on respire trop fort... (non bon, j'exagère)
Difficulté : hardcore. Réservé à ceux qui ont des nerfs d'acier.

Ce genre d'image a traumatisé plus d'un shasseur.


Traquer le Pokémon souhaité dans sa zone :
En gros, on shasse à la bonne franquette. On ne se base que sur le hasard pour rencontrer le Pokémon espéré dans les hautes herbes et on croise les doigts pour que ce soit lui qui se mette à briller un jour et pas un autre. Les joueurs qui aiment la simplicité feront des recherches à grands coups de Doux Parfum, tandis que les masochistes tenteront leur chance au Parc Safari.
Astuce : dans X et Y, faites un détour par le Safari des Amis. Non seulement les parcs sont limités à trois espèces de Pokémon ce qui réduit la marge d'erreur, mais en plus les Pokémon ont généralement des bonnes statistiques (minimum deux Ivs à 31). L'endroit est également connu pour abriter plus de Pokémon shinies que la normale.


La pêche à la chaîne :
Non seulement le principe est très basique, mais en plus on peut le faire de deux façons différentes :
-Soit on dégaine sa canne dans n'importe quel point d'eau, à condition d'avoir un Pokémon avec le talent Ventouse en tête d'équipe pour être sûr d'avoir une prise à chaque fois
-Soit on s'installe dans un coin d'eau bloqué par des rochers, comme ceci :


Ensuite ? On pêche, on fuit, on pêche, on fuit, et on ne fait rien d'autre jusqu'à tomber sur un Pokémon chromatique. La seule "difficulté" est de ne pas louper sa prise. C'est actuellement la manière la plus rapide d'avoir un Pokémon shiny, par contre elle n'est valable que depuis les versions X et Y.
L'avis de la rédaction : Pendant l'écriture de cet article, j'ai voulu tester cette méthode pour le fun et environ 220 prises plus tard, je suis tombé sur le dieu des carpes : un Magicarpe doré qui répond au doux nom de Dovafiish. Désormais, ma vie a un sens et je suis un fakemon comblé.

Ce qui me plaît chez lui ? Son regard qui respire l'intelligence.


Faire des resets, beaucoup de resets :
Très utilisé dans la shasse de légendaires fixes ou de starters, c'est aussi la méthode que l'on voit le plus en vidéo sur Internet. Il suffit de sauvegarder devant le Pokémon en question et de redémarrer le jeu, autrement appelé "reset" (se prononce "rizette"), afin de relancer le combat à chaque fois jusqu'à espérer le voir briller. Il y a deux manières possibles de rebooter le jeu :
Software reset : (ou soft reset) Appuyer sur L+R+Start+Select en même temps pour revenir à l'écran titre.
Hardware reset : (ou hard reset) Éteindre et rallumer la console ou retourner sur le menu Home. Je vous la déconseille car non seulement c'est moins pratique, mais en plus cela peut abîmer votre console à long terme.


En bref pour résumer le tout, le niveau de challenge peut s'imager de cette manière :

Échelle de difficulté de la shasse. 
(il y a possibilité d'en débattre, c'est un point de vue subjectif de la chose)

On remarquera que depuis les versions Noir et Blanc, la licence cherche à simplifier l'apparition des Pokémon shinies comme très peu de joueurs en avaient déjà vu auparavant : le Charme Chroma double les chances d'en croiser peu importe le type de rencontre, certains endroits ou certaines techniques permettent d'augmenter le taux de Pokémon chromatiques, on assiste à des distributions de Pokémon brillants par des PNJ... Par conséquent, certains estiment que ces Pokémon qui avaient l'habitude d'être si rares perdent de leur valeur au fil des jeux à cause de cette volonté de tout faciliter. Certes, on ne peut pas nier la part de vérité dans ces propos, mais c'est un mal pour un bien : cela permet d'agrandir le cercle des shasseurs qui était très réduit depuis la 2e génération.




Pourquoi shasser ?
Mais vous allez me dire : "Pourquoi tous ces efforts pour quelques pixels colorés ? Pourquoi perdre autant de temps à faire ça alors qu'à côté il y a tant d'occupations qui en valent bien plus la peine ?"
"Comme par exemple, finir le 25 896e niveau de Candy Crush ?"
Eh bien je vous réponds : chacun son passe-temps. La shasse c'est avant tout "l'amour de la rareté", le challenge de devoir patienter jusqu'à tomber sur notre dû (un peu comme la pêche à la truite, mais en moins sportif). Même si c'est vrai, je conçois qu'on a l'air débile à faire la même chose en boucle, et que du coup c'est rarement considéré par les autres comme du vrai jeu. On échappe rarement aux regards moqueurs des autres joueurs qui n'hésitent pas à nous rappeler que le principe est inutile et sans intérêt et qu'en plus de ça, on ne profite même pas du jeu. Que voulez-vous, c'est juste jouer d'une autre façon pas très conventionnelle, un peu comme les speedrun.

Ceux qui reconnaissent ce moment n'ont probablement jamais retrouvé leur audition depuis.
(extrait de cette vidéo)

Mais faites bien attention à ne pas entrer dans le stéréotype : quand on pense au shasseur de shinies, on imagine tout de suite une personne très extrême et émotive qui devient complètement hystérique lorsqu'elle obtient enfin ce qu'elle cherche. On a assez de vidéos Youtube qui montrent des joueurs perdre les pédales et hurler à la mort quand leur Pokémon se met à briller, ou shasser avec plus de trois consoles en même temps, le tout en se filmant en continu pour capturer leur réaction en live. 
Rassurez-vous, la plupart du temps, même si nous avons des rituels bizarres voire parfois démesurés, nous sommes relativement normaux et la shasse ne nous empêche pas d'avoir une vie ordinaire et des relations sociales correctes (phrase bateau qui tente de rassurer le lecteur qui, à ce niveau, a déjà la goutte de sueur qui perle contre la tempe).

Et puis de toute façon, qu'importe : il faut choisir ses hobbies pour le plaisir que ça nous procure, et pas parce que les autres nous autorisent à le faire sans nous regarder comme si on venait d'une autre planète. Longue vie aux Pokémon shinies !

Quand le Pokémon shiny apparaît enfin sur l'écran de la console d'un shasseur. 

Voilà, si pour vous la lecture de cet article s'est faite sous le signe de la découverte, j'espère vous avoir donné envie de tenter votre chance en ce qui concerne la traque des Pokémon brillants ! Si ce n'est pas le cas, je vous comprends : vous avez raison de préserver votre santé mentale.

Maintenant que vous êtes bien informés, il est temps de plonger dans le quotidien d'un shasseur en cliquant ICI. Venez, ça va être marrant de le voir souffrir, mouahahaha !


Et on clôt le tout avec une anecdote sympathique et bien trollesque :
Le saviez-vous ? Le Pokémon de présentation du Professeur en début de partie peut lui aussi être shiny !

"Bienvenue dans le monde des Pokémon, rage bien lol"



Remerciements : 
-Magic Choupi pour son savoir ancestral sur les cartes Pokémon
-Marrotof pour ses nombreuses connaissances sur le sujet
-Aux abonnés Facebook pour avoir choisi le nom du Magicarpe shiny. Car même s'il s'appelle officiellement Dovafiish, il a plusieurs identités comme les supers héros et se nomme aussi : L'Inutile II, Pantouflette, EchecSocial, Sw4gerThanPM, GoldenBoy, Pseudo-Shiny, Tabouret, Chaussette-Marmelade-Babroutas-Pouf, Useless4Ever, TheGod, Goldeaurak, Fish, GoldenShower (c'est dégueulasse, j'adore), Bouchon, SeigneurPoichon, MerdeInfame, Koi, MordicatOr, Leopold, GodTiers, CarpeMagic, TrempetteFever, PondKiller, Illuminati, Volcano, Sushi, LikeABoss, GoldenTrempette, Chiotasse-Keurkeur, Magiflash, Angred et Potatoes.

Sources :
Sites : Pokepedia, Bulbapedia, Youtube, Serebii
Images : Yamipoli, The Gamercat, Steve Napierski, Aun61, BigHailFan