Être un méchant de jeu vidéo, c'est tout un art.

Comme je ne suis pas douée en introductions, le début de cet article se fera sous forme de publicité naze et banale, façon Universal Mobile :

Hey les gens, vous voulez devenir un méchant de jeu vidéo et vous ne savez pas comment faire ? Ne paniquez pas ! Grâce aux conseils experts d'un assidu de jeux vidéos*, ce sera facile et rapide !
*Geek doublé d'un no-life
Il ne me manquait plus qu'une image  de ce genre pour que ma pub soit parfaite.


Enfin, soyons sérieux deux secondes et penchons-nous sur les faits. 
Petite remarque : ATTENTION, ça aborde les clichés que l'on trouve dans les jeux vidéos les plus connus. Donc ce qui suit est un mélange assez anarchique.



Est-il possible de reconnaître un méchant physiquement ?

Absolument ! Et ça c'est pas dur. Le premier truc à savoir est que le méchant adore les couleurs sombres, particulièrement le noir, car ça fait ressortir son teint pâlot et son regard froid. Tiens d'ailleurs parlons-en, du regard. Le grand classique reste les pupilles rouges, couplées à de gros sourcils bien épais et froncés pour montrer que quand il est en colère, c'est pas pour de faux.

S'il ne possède aucun vêtement de couleur sombre, il y a toujours des méthodes de rechange, comme par exemple lui faire porter des tas d'accessoires pointus, ou encore lui donner un air robotique en lui collant des plaques d'acier partiellement sur le corps avec des trucs et des machins électroniques qu'on penserait utiles mais en fait non.

Un regard de méchant avec des sourcils roux, what else ?

Le méchant n'aime pas trop marcher. Nan, c'est pour les nuls ça ! Il préférera souvent léviter, à l'aide de magie noire et/ou de télékinésie ou encore voler grâce à de grandes ailes d'anges (noires bien sûr). Selon les jeux, le nombre varie. Tandis que Devil Jin Kazama (Tekken) en a deux, comme n'importe quel oiseau, Sephiroth lui n'en a qu'une seule, ce qui physiquement, est beaucoup moins pratique. 

Okay, mais ils ont forcément besoin d'être torse nu pour posséder des ailes ?

Megamind disait que la différence entre un méchant et un super-méchant, c'est la mise en scène. Et il a raison ! Les apparitions de l'antagoniste se font presque toujours de la même façon. Déjà, il y a souvent des modifications climatiques. Tu verras rarement un méchant apparaître au milieu d'un champ en fleurs baigné de lumière, non. Il y a quelques astuces simples mais communes. En effet, pour ajouter un effet dramatique à une scène, il suffit de rajouter au choix du brouillard / de la pluie / un incendie / un orage / des nuages noirs / ou la tombée de la nuit, même si il est 16h. 
Autre chose à prendre en compte aussi, c'est la qualité des cinématiques. Si on a l'impression que c'est filmé avec un vieux portable et que le son est dégueulasse, c'est pas très impressionnant. En HD, le méchant est la classe incarnée, et surtout il montre bien qu'il n'est pas qu'une orgie de pixels comme on a l'habitude de le voir à l'écran, une fois la cinématique finie...

Note : Même en plein incendie, Sephiroth a le brushing parfait.

Et enfin, pour clore cette question, je dirai qu'on a pas besoin de voir le méchant pour deviner que c'en est un. Il y a juste à voir la tronche de sa maison ! Il n'est pas du genre à habiter un pavillon en banlieue. Son coté mégalo fait qu'il aura un grand château pour lui tout seul (nickel chrome avant la bataille, en ruines après le combat final) avec des pièges, de la lave et des crevasses sans fond partout, des interrupteurs dans des endroits improbables, des leviers, des codes et d'autres bêtises du genre pour accéder aux pièces suivantes. 
Evidemment, il n'y a pas de cuisine ou de salle de bain. Juste des sortes de salons ou parfois même des pièces vides, le tout avec des plafonds hauts de 15m, qui aboutissent finalement à un grand couloir où il y a un trône, avec le méchant dessus qui fait son regard sérieux, et qui disons-le, passe son temps à attendre le héros.
C'est bien beau d'avoir une baraque pareille, mais quelqu'un s'est déjà demandé qui a construit tout ça ? Et surtout, qui est le p*tain d'architecte ?

C'est si dur que ça de construire des escaliers ?



Qu'est-ce qui fait de lui un méchant de JEU VIDEO ?

Deux choses distinctes font qu'un méchant provient d'un jeu. Premièrement, ses actes. Ou pour dire autrement, ce qui amènera le héros à accomplir une quête.
En général, au début du jeu il y a pas trop de meurtres. C'est plus pour la fin ça, et encore, si le méchant a le droit* ! Sa spécialité, c'est le kidnapping, de choses qui existent ou pas. Soit c'est un élément du pays qui représente l'harmonie à l'état pur (wtf ?), soit c'est une belle princesse dont le héros est amoureux. Notez que j'ai pas dis "fille", mais "princesse" car pour ajouter de l'importance à la mission, la nana descend toujours d'une famille royale, voire même carrément légendaire.
Oui car si c'est le concierge du village qui est kidnappé, tout le monde s'en fout.
D'ailleurs, comment une princesse arrive t-elle à se faire enlever puisqu'elle a largement les moyens de se défendre ?
*voir dans les questions suivantes
Princesse oui, mais pas vulnérable !

Ensuite, les origines du méchant entrent en jeu. Après, ça dépend quelle boîte de jeu on tient entre les mains, il peut y avoir de grandes différences. Soit c'est un ange déchu, une personne possédée, un extraterrestre, une manipulation génétique, un savant fou, un ancien de l'armée, un fantôme qui revient du monde des ténèbres, un ami qui a trahit le héros, quelqu'un qui sort de nulle part... Il y en a pour tous les goûts !
Mais avec de telles origines, il est presque inutile de préciser que son enfance (qui s'est déroulée sans parents, ça va de soi) ou son passé global n'a pas été facile et que du coup il cherche à se venger sur des personnes qui ne leur ont rien fait. Ou plus simplement, dès fois il est dénué de sentiments et n'a apprit à faire que le mal.
Oui, c'est injuste, mais c'est comme ça.



A t-on besoin d'être intelligent pour être méchant ?

Pas forcément, non. Bowser en est un bon exemple. Mais certains méchants sont super intelligents ! Y'a juste à le voir pour le comprendre : ils ont un corps minuscule et un crâne immense avec une belle calvitie qui abrite un cerveau tout aussi gros. Mais le nombre de neurones n'influe en rien sur les capacités en combat. Même si la stratégie est un peu plus développée chez le docteur Neo Cortex, Crash Bandicoot ressort toujours vainqueur, malgré le fait qu'il soit un gentil débile mental.


Le cerveau de Cortex est aussi gros que son propre corps...

Les scientifiques fous habitent tout le temps dans un laboratoire abandonné situé à l'autre bout du monde (Variantes : usines, observatoires, égouts). Et on peut le dire, ce sont des geeks, dans le premier sens du terme. Grâce à son doctorat de sciences, il peut manipuler des machines ultra-compliquées et sophistiquées, et son génie dépasse tellement la science actuelle qu'il est capable de cloner, créer des téléporteurs, donner la vie à des êtres inconnus de la faune, et fabriquer des robots et des armes aussi inutiles que bizarres.
Il arrive même que certaines de ses créations se rebellent, à la manière de l'histoire de Frankenstein. Mais bon,  les mauvaises actions entraînent souvent la punition...

Il a l'air d'aimer ça ou...?



Les méchants, ça aime quoi ?

Les hobbies du méchant sont assez restreints et connus de tout le monde. Voilà, c'est dit. Quoi, c'est pas de ma faute s'ils aiment tous les mêmes choses ! Démonstration en image et en texte.

Commençons par le commencement. Le méchant principal d'un jeu vidéo va obligatoirement devenir un boss récurrent ou final, c'est à dire qu'il y aura un affrontement entre lui et le héros. Ou si ça n'arrive pas, c'est que le jeu aura une suite. Et si y'a pas de suite, c'est que le scénario est pourri !
Donc le méchant attend tranquillement sur son trône tandis que le héros se farcit des dizaines de donjons, des châteaux, récupère des objets magiques, parle à des centaines de PNJ, fait des milliers de quêtes annexes, tout ça pour vaincre le mal, faire régner la paix et obtenir un bisou sur la joue de la princesse. En fait c'est chiant d'être un héros.
Puis après toutes ces heures de jeu arrive la scène finale. Elle est facile à reconnaître, d'ailleurs. Le décor est apocalyptique (château en ruines au milieu de la lave, nuage noir tourbillonnant au dessus de celui-ci), la musique est épique puisque ce sont des choeurs, et il y a une belle cinématique : le méchant peut enfin exhiber ses pectoraux ! Plusieurs choix s'offrent alors à nous :
-Le méchant devient géant en gardant le même physique
-Il se transforme en une grande créature qui fait peur (dragon, sanglier, chose difforme avec plein d'yeux)
-Il garde la même taille mais se métamorphose régulièrement en un truc différent à chaque fois
-Il garde la même taille mais bizarrement, il a des muscles en plus et a la peau plus sombre
-Il fusionne avec un ancien truc légendaire pour devenir surpuissant.
-Ou il abuse complètement, comme le prouve l'image ci-dessous :

Voilà toutes les formes de Bowser qu'on peut croiser dans les jeux. Beaucoup sont des fakes.
Au programme : Bowser, Bowser Jr, Mini-Bowser, Baby Bowser, Giga Bowser, Dry Bowser, Giga Dry Bowser, Dark Giga Dry Bowser, Subspace Bowser, Meta Bowser, Twilight Bowser, Giga Twilight Bowser et je suis sûre qu'il y en a d'autres.

Autre chose à préciser à propos du combat final : peut-être que le méchant possède assez de pouvoirs pour changer d'apparence à volonté et lancer des attaques qui peuvent tuer d'un coup mais POURQUOI il est assez con pour toujours avoir un petit point faible qui peut ruiner sa barre de vie ? Alors qu'en général à sa dernière forme il est beaucoup plus grand que le héros, la logique fait qu'il devrait être beaucoup plus résistant, non ? Eh ben non, il suffit en général de le toucher trois fois (renvoyer sa propre attaque est un grand classique) et ça y'est, y'a plus personne. Lopettes !

Mais bon ne blâmons pas les méchants de jeu vidéo pour autant, certains sont quand même plus futés. Quitte à avoir du yaourt dans les bras, autant que ce soit quelqu'un d'autre, ou plutôt quelque chose d'autre qui fasse le boulot. Car oui, les méchants utilisant principalement la magie sont chétifs mais ils peuvent souvent invoquer des trucs gigantesques capables de détruire une partie de la planète rien qu'en éternuant. Mais comme on peut pas tout avoir, l'invocation est souvent très informe, très moche, et n'apparaît qu'à la fin du jeu car le méchant est subtil et aime faire durer le suspense. Sadique ? Oui. 

Cette lune m'a toujours fait flipper.

Mais ne croyez pas que le méchant n'a pas de vie en dehors du combat final ! Non, il sait se divertir, mais à sa façon, quoi... Tandis que n'importe être humain normal souhaite gagner au loto pour se dorer la pilule dans le Sud pour le restant de sa vie, le méchant, lui, son voeu le plus cher, c'est de dominer le monde puis après le détruire. Ou l'inverse, ça dépend des méchants.
Bien évidemment, ce souhait s'accompagne du fantasme de "rire de façon démoniaque devant un monde en ruines qui a subit des explosions tellement violentes que les décombres continuent de s'écraser sur le sol même si ça fait 3 jours que ça a eu lieu".
Je soupçonne d'ailleurs les méchants de tuer le temps... Au sens propre. Car quand on voit dans leurs donjons ce qu'il y a comme crânes et squelettes, on se dit qu'il faut atteindre les bas-fonds de l'ennui pour tuer des gens pour le fun !

Kefka résume très bien ce que je viens de dire.



Le méchant est-il capable de faire tout ce qu'il veut ?

Eh ben non ! Même si le méchant pouvait dominer le monde dès le début du jeu, il y aura toujours un truc qui contredira ses rêves les plus fous. Car oui, si on prend du recul, tout est contrôlé par PEGI ! C'est lui, le boss suprême des jeux vidéos !
Petit exemple : on sait tous que Giovanni de Pokémon fait partie d'une célèbre organisation criminelle appelée la Team Rocket. Organisation criminelle ? Oui ! Présence d'armes ? Non, car c'est PEGI 3, et ils l'ont dans le c*l ! Du coup, même si on devine que Giovanni rêve de flinguer Red car c'est un gamin qui fait foirer tous ses plans, tout ce qu'il pourra faire c'est envoyer ses pokémon au combat, et même lui donner de l'argent s'il perd !



Comment se débarrasser d'un méchant ?

Faites lui écouter du Mireille Mathieu, ça marche très bien ! *paf*
Ben en fait, on ne peut pas tellement tuer un méchant... Car à l'instar d'un héros de jeu vidéo, lui aussi il est un symbole de la série ! Donc sa disparition totale entraînerait soit la fin de la saga (ce qui est triste), soit un reboot total par une autre boîte (ce qui est encore plus triste), soit il est remplacé par un autre méchant mais en général les fans râlent et ça marche moins bien.
Donc en attendant, on trouve des excuses bidons, comme l'enfermer temporairement dans un truc et il est libéré accidentellement ou non par quelqu'un, ou alors on le fait valser à l'autre bout de la galaxie et il a jusqu'à la sortie du prochain jeu pour revenir sur ses pas, ou bien la descendance du méchant s'arrangera pour se venger sur la descendance des gentils, etc...



C'est quoi un sbire ? A quoi ça sert ? Et ça vient d'où ?

Aaaaah, le sbire... Certainement la meilleure invention des jeux vidéos et la plus utilisée, mais aussi celle qui a le moins de sens !
Pour définir un sbire, en fait c'est souvent une création du méchant (ou dès fois un allié) qui est dans le camp du mal, qui obéit docilement et ne fait que son boulot.
Observons de plus près le travail d'un sbire : attaquer le gentil, lui barrer la route. Et revenir à chaque fois qu'on refait le niveau, encore et encore. En fait il est né pour mourir. Plus précisément, il est né pour faire chier le monde, ce sont des emmerdeurs professionnels. Quoi ! Tout ça pour ça !
En plus on peut pas dire que certains sbires ont un job super dur. Certains ne font que avancer sur une plateforme, même s'ils savent qu'ils foncent droit dans le vide.

"Oh non ! Je vais encore crever !"

Enfin j'exagère, certains sont plus intelligents et font bah... Des allers-retours, pour éviter le bête suicide. C'est triste quand même, de se dire qu'ils ont été créés dans un seul but ! *fait semblant de pleurer* C'est avec ce genre de réflexion que je me dis que si il n'y avait jamais eu de héros dans les jeux, ça en aurait fait, du monde au chômage !
Si vous avez remarqué, les sbires n'ont jamais un air sympathique, ils tirent tout le temps la tronche, un peu comme des parisiens dans le métro. (Anassar va me tuer s'il lit ça)  Mais c'est pas pour autant qu'ils sont impressionnants, en gros ça veut juste dire "j'suis pas ton ami" ou quelque chose dans le genre. Mais malgré leur rôle très médiocre, les sbires ont souvent le droit à leurs goodies dans les magasins (regardez le succès des cochons d'Angry Bird, par exemple !) ce qui finalement n'est pas si mal !

Longue vie aux sbires ! \o/




Et voilà, cet article est fini, j'espère qu'il vous a plu ! J'espère surtout que vous n'avez pas une impression de déjà-vu (avec tout ce qu'on trouve sur Internet, c'est très possible), et pourtant je n'ai aucune source à citer puisque ben... J'ai tout écrit moi-même.

Et j'aimerais des félicitations pour ça s'il vous plaît.

Et pour finir, l'image du jour sera un remake de Luigi vs un koopa, le tout en version japonaise. Mais c'est ça le problème, avec les japonais, c'est qu'ils n'en font jamais assez !



Pseudo-Mew vous dit bonjour.