Et "CRASH" le bandicoot !

Aujourd'hui, j'ai envie de faire une introduction qui va droit à l'essentiel : cet article parlera d'un personnage un peu débile -mais gentil- nommé Crash Bandicoot.

Son sourire de beau gosse vous donnera envie de lire cet article. En entier.



Petite introduction


Qui est Crash Bandicoot ?

Avec Super Mario 64 et Jumping Flash, Crash Bandicoot fut l'un des premiers personnages à fouler de sa basket virtuelle le sol d'une nouvelle aire dans le jeu vidéo : la plateforme en 3D. Oui, je parle bien de cette plateforme qui demande encore plus de précision, de concentration et de timing, comme si on ne galérait pas assez dans les jeux en 2D. Non, je ne suis pas frustrée.
Bref, le jeu de plateformes est sa spécialité, comme la plupart des célébrités du domaine de l'époque. Quand je dis l'époque, je parle des années 90, plus précisément 1996, son année de naissance. Développé par Naughty Dog, ses premiers pas se sont faits sur la console qui était à la mode, c'est à dire la célèbre Playstation. Son premier jeu fut un tel succès (6 millions d'exemplaires à travers le monde, quand même) qu'il devint rapidement l'une des mascottes de la-dite console.
Histoire d'appuyer un peu sur sa célébrité, selon les chiffres de l'année 2009, 39,2 millions de copies de la série Crash ont été vendues à travers le monde, tous supports confondus. Vertigineux, hm ?

Si ça ne tenait qu'à lui, je suis sûre qu'il en profiterait pour 
faire un gros bisou de remerciement à tout le monde.


Mais pourquoi un tel succès ?

Le principe est simple. On prend un animal qui ressemble vaguement à un renard, on le met dans une jungle, et voilà, le jeu fait un carton. Enfin, c'est quand même un peu plus complexe que ça, mais il est vrai que la trame scénaristique ne rivalise pas avec Final Fantasy :

Le docteur Cortex, possédant un laboratoire installé au Sud-Est de l'Australie, aime faire des expériences sur les animaux de la faune locale en modifiant leurs gênes, en leur attribuant, entre autres, une forme humanoïde.  Parmi de nombreuses expériences naquit, à partir d'un bandicoot, Crash. Mais il est jugé indigne (ou plutôt trop idiot) par Cortex qui l'abandonna, donc il se fait éjecter et échoue sur la plage d'une autre île. Mais comme entre temps il est tombé amoureux d'une autre expérience nommée Tawna, il va tout faire pour aller la retrouver. 


Ceci est le résumé du tout premier jeu, et ne concerne pas les opus suivants.

Le scénario tient peut-être sur un timbre-poste, mais aborder la manipulation génétique est à la fois osé et bien trouvé : comme ça, on peut inclure sans mal des bestioles androgynes à l'allure cartoonesque. Mais passons : le problème de ce jeu, c'est qu'il est très addictif. Il est vrai que pour l'époque, les graphismes étaient très soignés (et ont plutôt bien vieilli mine de rien) et colorés, ce qui va bien avec l'univers farfelu du jeu. Les mimiques de Crash nous font vite comprendre qu'il est hem... Un peu débile. Justement, on aime l'humour con-con omniprésent dans le jeu !

Exemple : un ourson avec un caleçon sur la tête car on est mouru.


Les caisses qui sauvent la vie

Pour ceux qui ont déjà joué à Crash Bandicoot, vous savez bien que le principe de chaque niveau est de récupérer des gemmes de différentes couleurs, mais également de casser toutes les caisses des différents niveaux contenant des fruits Wumpa, des sortes de pêches qui font "chouimp !" quand on les ramasse. Mais à la base, il ne devait pas y avoir de caisses, ce qui rendait les niveaux extrêmement vides, voire dénués d'intérêt. Vous imaginez, vous ? Juste avancer et tuer ses ennemis, sans avoir à s'arrêter pour casser une caisse collée à une nitro, il n'y aurait aucun challenge ! Mine de rien, les caisses en tout genre sont très spécifiques à cette série. C'est simple, mais ça marche.

Les caisses Nitro, qui explosent au moindre 
contact, vous feront avoir les mains moites.



De quoi s'inspire Crash ?

L'origine de son nom est on-ne-peut-plus-idiote : il s'appelle Crash à cause du bruit qu'il fait quand il casse une caisse, et son nom est Bandicoot, car c'est un... Bandicoot, c'est à dire un petit marsupial qui vit dans le Sud du globe, en Tasmanie. Donc concrètement, selon le scénario, cette expérience génétique n'a jamais eu de nom officiel par son créateur.



L'ANI (animal non-identifié)

Créé en 1995, les designers Charles Zembillas (à qui on doit Spyro le dragon) et Joe Pearson se sont associés à Naughty Dog pour avoir un héros qui envoie du pâté. Ce personnage devait être spécifique aux jeux en 3D et avoir une large gamme d'expressions faciales, ce qui était une grande nouveauté à l'époque. Le seul hic, c'est qu'il fallait avoir un animal de base pour créer Crash. Alors dès le début, ils ont opté pour une sorte de super-héros aux collants bleus, puis une petite boule de poil grognon ressemblant à Taz des Looney Toons, puis un renard avec un air mafieux qui lui a valu le surnom de "El Macho Baron". Pas mal de noms ont été proposés notamment Willy Wombat, Wuzzles ou même Wez.


Charles Zembillas qualifie Crash comme un personnage étant très difficile à dessiner. En effet, dans chacune de ses animations il faut s'assurer de lui garder son regard ahuri et son sourire niais, tout en lui faisant exprimer différentes humeurs. De plus, comme il ne possède pas vraiment de cou, c'est toute la partie haute du corps qui doit bouger quand on veut le faire regarder sur les côtés ou en arrière.

Oui, les concept art montrent Crash en train de se gratter le cul.


La crise d'ado de Crash Bandicoot

A la manie de Spyro, Naughty Dog a fini par lâcher notre cher machin orange fluo et il s'est donc retrouvé entre les mains de plusieurs développeurs, qui n'ont pas hésité à lui faire changer de caractère, au grand dam des fans de la première heure.
Dans les premiers jeux de la série, on nous décrit Crash comme un bandicoot jovial et crétin qui est la joie de vivre incarnée, prêt à déjouer les plans machiavéliques de son machiavélique créateur Cortex  pour sauver le monde, avec un sourire omniprésent et... Ses puces (on apprend qu'il en a dans Crash Twinsanity). Du premier opus à Crash Twinsanity, rien à signaler, c'est un imbécile heureux et gentil.

Par contre, à partir de Crash Tag Team Racing, comme l'équipe de développeurs a changé (c'est maintenant Radical Entertainment, qui a déjà connu Spyro), sa personnalité fut modifiée. Enfin il est toujours débile, mais moins sympa, voire même carrément sadique ! Il fait du mal aux vendeurs, shoote dans les poules pour les dégommer tel un enfant courant après les pigeons d'un parc, et s'attaque même aux personnages qu'il connaît assez bien, comme N.Gin. Crash apparaît comme un adolescent pré-pubère et attardé, un peu à la manière d'un gamin qui ferait des blagues qui ne font rire que lui.

Je me disais bien qu'il me rappelait quelqu'un !

Et récemment, dans "Crash of the Titans" et "Crash : Generation Mutants", le bandicoot s'est assagi et apparaît un peu plus sain d'esprit, tout en restant immature et énergique. Cependant, dans toute la série, seul un trait de sa personnalité n'a vraiment pas changé : il aime prendre des risques pour sauver telle ou telle personne et visiblement, il aime ça.
Mais la série déçoit de plus en plus de fans car l'univers se voit modifié de toutes parts : les wumpas ont disparus, les caisses aussi, on peut prendre le contrôle de gros monstres... Après, tout est une affaire de goût. Le seul truc que je reproche vraiment au Crash de cette dernière génération est : "Bordel Crash, remet immédiatement tes mitaines, ces tatouages tribaux sont ridicules !"

Avec ta dégaine actuelle, tu es juste bon pour apparaître sur les boîtes Findus.


Les japonais aiment Crash Bandicoot

Je ne surprends personne si je dis que le Japon est le pays du jeu vidéo. Comme il est le Numéro 1 en la matière (on leur doit Mario, Zelda, Pokémon, Kirby...), les japonais ont tendance à rejeter les jeux occidentaux. Mais Crash Bandicoot est l’exception qui confirme la règle, et est à peu près la seule jusqu'à ce jour, avec Rayman. Car en effet, ses jeux se sont quand même vendus à un million et demi d'exemplaires là-bas, ce qui est considérable. Je pense que l'univers loufoque y est pour beaucoup.

Il a même subi un redesign pour correspondre 
davantage aux préférences des japonais.



Tawna, la bimbo blonde, grande, et bien formée

Qui est-elle ?

Alors qu'à la base elle devait s'appeler Karmen, Tawna est une femelle bandicoot créée par le docteur Cortex (mais pourquoi l'a t-il faite avec autant de formes ?) qui a la particularité d'être blonde, grande et très sexy : selon Naughty Dog, ils se sont inspirés de la star Pamela Anderson. D'où sa... Couleur de cheveux. Hrm.
Ce personnage n'a pas tellement de personnalité, elle est juste le pur stéréotype de la princesse prisonnière que Crash doit secourir. Non pas que Crash soit en manque d'amour et aille la délivrer pour rien, c'est sa petite amie tout de même. Et il me paraît important de noter ce détail car il est rare que les relations "princesse + sauveur" soient aussi explicites. Car bon, le bisou sur la joue de la part de Peach ou de Zelda, ça va deux secondes.
Elle est également le premier personnage féminin à apparaître dans la série, la deuxième étant Coco qui est la petite soeur de Crash, la troisième Nina, la nièce de Cortex, et la quatrième Pasadena l'opossum.
D'ailleurs, pour faire un personnage sexy en style cartoon, la recette est simple : on a juste à ajouter de longues jambes perchées sur des talons aiguilles, des yeux mi-clos séducteurs et maquillés, des cheveux qui cachent la moitié du visage, une tenue légère et du monde au balcon. 

Mais bon, Tawna n'a pas autant de classe de Jessica Rabbit.

Tiens en passant, j'ai réussi à trouver quelques concept art de Tawna :

Paye ta tronche de prostituée dans les premiers croquis.


Quoi ? Mais je ne connaissais pas Tawna !

Normal, elle n'est pas resté longtemps dans la série : pour tout dire, elle n'a fait son apparition que dans le premier jeu. Naughty Dog a été contraint de la retirer car la directrice marketing de Sony a déposé une plainte et affirmait que Tawna était inappropriée pour un jeu pour enfants, car elle était trop sexy. Du coup, ils ont essayé de refaire une Tawna plus présentable, mais rien à faire, le débat était clos. Tant pis, il fallait trouver des excuses. Donc ils ont remplacés la petite amie de Crash par sa petite sœur nommée Coco Bandicoot, et pour la disparition de Tawna, l'excuse officielle c'est qu'elle se serait barrée avec Pinstripe, un des méchants du jeu. Pour couvrir un peu le tout, l'adaptation manga de Cortex Strikes Back montre clairement le couple.

On a quand même pas mal perdu au change.


Elle a définitivement disparu de la série, alors ?

Si, mais assez implicitement. Dans Crash Twinsanity, une photo de Tawna est vue en tenue de magicienne dans le niveau Slide Slip Icecapedes, lorsque Crash et Cortex entrent dans la maison avec des pingouins. Aussi, on la retrouvera dans Crash Boom Bang, mais légèrement modifiée, pour pas qu'il y ai d'embrouilles avec les mères de famille. Car je pense que les pères ne risquaient pas de protester.

Là c'est sur que pour le coup, elle est moins sexy.




Faux Crash

Faux Crash a tout d'insolite : son physique, son histoire et son origine. Mais avant d'aborder le personnage en détails, je ressens comme le besoin de vous le présenter avant :

"Hey gurlz"


Oh mon dieu ! Il est méga moche !

Ouaip, et c'est bien ça, sa particularité. Il n'a rien pour plaire. On dirait un sosie, une contrefaçon du Crash original. Mais... Je ne suis pas si loin de la vérité.
Je vous ai dit que les japonais étaient gagas de Crash Bandicoot. Succès oblige, ils ont sorti tout un tas de goodies, comme des peluches, des bonbons, et surtout... Des figurines en plastique. Dont certaines de basse qualité, donc complètement ratées ! Naughty Dog ayant repéré ces "machins" et n'étant jamais à court d'imagination a décidé de reprendre cette laideur pour en faire un personnage à part entière. Son nom n'était pas très difficile à trouver, mais "Trash Bandicoot" a aussi été proposé, en soulignant le fait que "trash" signifie déchet, sale, ou encore racaille. 


Quel est son rôle dans les jeux ?

Etant donné que ce personnage a été introduit dans la série juste pour le délire, il a fallu lui trouver un scénario pour ajouter un peu de crédibilité. Et c'est dans "Crash Bandicoot 2 : N-Tranced" sur Gameboy Advance que ça se passe.

"Alors que N.Tropy et N-Trance souhaitent téléporter Crash dans un flux temporel pour lui laver le cerveau (s'il en a un) et le faire passer dans le clan des méchants, Aku Aku, sentant le danger, aurait créé un clone de Crash à partir de l'énergie d'un cristal. Du coup, Crash a la vie sauve et les deux vilains, après le transfert, ont eu... Ça."


Comme dans tous les jeux, quand il y a un nouveau personnage, il est d'abord méchant, puis le héros lui casse la gueule, et il devient gentil et s'allie à lui. Au moins, il est docile.
Enfin, je ne sais pas si on peut dire qu'il est réellement sympa, car il ne parle pas beaucoup, et malgré le fait que le jeu se base sur Faux Crash, sa personnalité reste plutôt mystérieuse. Mais comme le truc raté n'étant qu'une blague des développeurs, au fil des jeux on le voit de moins en moins, jusqu'à ce qu'il disparaisse complètement. Peut-être qu'il faisait peur aux enfants... En tout cas, il ne me rassure pas. Et comme son origine vient du Japon, Faux Crash est le personnage le plus apprécié de la série là-bas.

Mais malgré son inutilité scénaristique, il fait des apparitions discrètes dans quelques jeux Crash Bandicoot où il est caché dans le décor, faisant une danse qui ressemble à celle du Crash originel. En fait, Faux Crash est tout simplement un gros troll.

Vidéo qui le montre en train de twerker discrètement sur la plage dans Crash 3.




Coté dialogues, ça donne quoi ?

Comme il n'apparaît presque jamais et qu'il ne parle pas, vous pensiez peut-être que Faux Crash est totalement muet ? Perdu ! Dans Crash Team Racing, on peut le débloquer d'une certaine manière -je me souviens plus laquelle- et lorsqu'il attaque les autres karts ou se reçoit un truc en pleine face, on peut l'entendre geindre avec une voix ABSOLUMENT débile. C'est simple, si je prenais ce personnage pour une course, je frôlerais l'arrêt cardiaque. 
Comme je sais que vous êtes curieux, je vous mets le lien à disposition ICIIIIII.

N'empêche que pour les doublages de Faux Crash, il devait y avoir de l'ambiance.



Pinstripe, le mafieux

Cortex, jamais à court d'idée en ce qui concerne la manipulation génétique, a pris un potoroo (si vous ne savez pas ce que c'est, Google est votre ami), lui a collé une arme entre les mains, lui a donné un air méchant, et PAF ça  fait des Chocapics Pinstripe est né. Vous allez me dire que c'est nul comme nom, Pinstripe. Ben je suis d'accord avec vous, mais au moins ça signifie quelque chose : ça veut dire rayure en anglais. Et comme il porte un costume rayé... Vous l'aurez compris, il aurait très bien pu s'appeler mafieux, chaussure, costume, latino ou rouge.

T'as échappé de peu à la catastrophe. 
Pour le nom, du moins. Parce que les fringues...

Comme tous les méchants des jeux vidéo, il faut bien qu'ils soit un boss à un moment donné dans l'histoire. Pinstripe est un aussi, et c'est aussi le garde du corps de Cortex et la création la plus intelligente du scientifique fou. La seule chose qui le motive, c'est le salaire qu'il reçoit. Eh oui, c'est un mafieux, mais je crois que la mitraillette, le costume et son accent italien vous ont déjà fait passer le message. 
Mais pourquoi je parle de lui, si ce n'est qu'un personnage secondaire avec assez peu d'histoire ? Car c'est lui qui a permis de résoudre un des principaux conflits de Crash Bandicoot : c'est l'amant de Tawna ! En gros, c'est l'élément qui a permis de switcher sans encombre et de se débarrasser de la bimbo blonde sans la faire disparaître sans raison.



Le niveau de la mort

Imaginez un niveau de jeu vidéo. Un jeu en vue 2D, avec des tas d'obstacles à éviter, des trous partout, et une capacité à avoir un timing de malade pour avancer, sans oublier le décor bien stressant car c'est un château en ruines sous un orage. Voilà, vous venez d'imaginer le niveau que je vais aborder.


Je n'ai jamais entendu parler d'un niveau pareil !

C'est logique, vu que ce niveau, même s'il vient du premier Crash Bandicoot sur Playstation (1996), a seulement été découvert en... 2009, soit 13 ans après sa sortie. Mais pourquoi son existence a été révélée si tardivement ? C'est simple, car il n'a pas été inclus dans le jeu. La magie d'Internet fait que, par émulateur, on peut hacker les jeux à notre guise (seulement si on est un peu doué en informatique hein, car moi je n'y arrive pas) ce qui fait qu'on arrive à dégoter des choses que l'on aurait jamais pu trouver sur le CD d'origine.

La vidéo du niveau ICI.



Pourquoi retirer un niveau d'un jeu ?

Je pense que c'est surtout pour préserver notre santé mentale. Le niveau, intitulé "Stormy Ascent" ("Ascension orageuse"), se passe sur les remparts du château de Cortex.
Alors, au programme : une avancée exclusivement verticale, des plateformes pour tous les goûts (certaines sont ultra rapides, d'autres disparaissent et apparaissent) un vide constant en dessous de nous, des ennemis qui servent eux-mêmes de plateformes mobiles, donc si tu les élimines tu survis ou tu crèves, d'autres ennemis qui lancent des projectiles super loin, un checkpoint tous les 10 kilomètres...
Après cette liste, il est évident de dire que ce niveau a été retiré car il est d'une extrême difficulté. D'après certains, c'est peut-être même le niveau le plus dur de toute la série Crash Bandicoot. Mais son retrait de la version finale n'empêche pas son entière jouabilité.


Est-ce possible de trouver d'autres niveaux cachés comme celui-ci ?

C'est très peu probable, les chances sont quasiment nulles. En effet, même si dans le tout premier Crash Bandicoot, plusieurs niveaux ont un environnement qui leur est propre, comme par exemple "Toxic Waste", "Cortex Power" ou "The Lab", trouver une version alternative de ces derniers serait un gros coup de bol...

Après tout ce qu'il endure, on s'étonne qu'il soit un peu timbré.



Compilation d'anecdotes sur la série

En fouillant sur le net, j'ai dégoté quelques petites infos intéressantes et qu'on peut ressortir en soirée pour se la péter. Enfin, si les gens connaissent Crash Bandicoot bien sûr. Et dans l'ordre chronologique car Pseudo-Mew est très bien organisé. Exigez la qualité !



Crash Bandicoot (1996)

- Ce jeu a été créé en mémoire à Tae Min Kim, qui faisait partie de Naughty Dog au moment où ils ont créé "Way of the warrior" vers 1994. Il est intéressant de remarquer que beaucoup de jeux/personnages/noms de personnages sont en hommage à certaines personnes qui se sont engagées dans la compagnie du jeu vidéo. [Voir Kirby, Mario, Zelda...]

- Le nom de code de ce jeu fut pour le moins original : pendant le développement, les personnes qui travaillaient dessus l'appelaient "Sonic Ass' Game" car lorsqu'on jouait, on ne pouvait voir qu'un personnage de dos à la troisième personne dans un jeu de plateforme, ce qui était une nouveauté pour l'époque. 

Dat ass.

- Le but du premier jeu était de faire passer un message écolo. Selon Jason Rubin, il dénonçait les activités humaines sur la nature, avec Crash dans le rôle de l'animal qui découvre la pollution sur l'île provoquée par Cortex, un être humain. On retrouve à peu près le même schéma dans les trois premiers Crash Bandicoot.

- La voix des personnages a été faite par une seule personne, Brendan O'Brien. Remarquez ce n'est pas étonnant vu qu'il n'y a que Cortex et Brio qui parlent vraiment, les autres personnages ne font que geindre.


- Les trois premiers niveaux à avoir été finis sont placés sur la troisième île, et ont pour noms "Cortex Power", "Generator Room" et "Heavy Machinery". Ils été jugés trop difficiles pour être mis dans les premiers niveaux du jeu.

- On peut jouer des niveaux avec une vue de face où Crash est sur le passage d'une grosse boule de pierre qui roule, (Rolling Stones haha) qui menace de l'écraser. Ici, la référence à Indiana Jones est évidente.

Ne regarde pas en arrière Crash, tu files droit dans un... Trop tard.



Crash Bandicoot 2 : Cortex strikes back (1997)

- Il est le jeu le plus vendu de toute la série Crash Bandicoot. D'après les chiffres de 2006, 7 610 000 copies de ce jeu ont été vendues à travers le monde, ce qui fait de lui le 49e best seller de tous les temps et le cinquième jeu le mieux vendu de la Playstation.

- Le personnage de Crash est composé de 532 triangles, qui lui permettent d'avoir 9000 frames d'animation, ce qui est beaucoup comparé aux autres personnages de l'époque comme c'est un personnage très expressif.

- Fait exceptionnel : c'est dans ce jeu que le caleçon de Crash est vu pour la première fois. Il est rose à petits coeurs, ce qui lui donne un coté particulièrement viril. On peut l'apercevoir quand il se fait électrocuter ou quand il se prend une caisse nitro en pleine tête quand il est sur le dos de Polar.

- D'ailleurs en parlant de nitro, quand il en frôle une et qu'il meurt, on peut le voir avec des ailes d'ange jouer d'un instrument bizarre qui fait un son grave. Il s'agit d'un didgeridoo, un instrument australien.


- C'est dans ce jeu que l'on peut remarquer la première apparition de N.Gin (prononcer "engine", qui signifie "moteur"). L'idée que ce personnage ait une fusée dans le crâne vient du fait que Jason Rubin, à ce moment du développement, avait de terribles migraines, qu'il apparentait à un missile qu'il sentait dans sa tête. De plus, en Louisiane, on peut trouver la "N.Gin street".

- Dans la version japonaise de Crash 2, on peut entendre parler Aku Aku parler. Il faudra attendre Crash 3 pour que la version française fasse de même. Le nom Aku Aku est un dérivé de "guide spirituel" provenant d'une expression de l'île de Pâques.



Crash Bandicoot 3 : Warped (1998)

- Le personnage de Crash atteint les 30 000 frames d'animations dans ce jeu, ce qui était plus que n'importe quel personnage de jeu vidéo à l'époque.

- Dans ce jeu on peut incarner Coco, la petite soeur de Crash, qui est aussi silencieuse que son frère. Viennent-ils d'une famille de muets ? Non, c'est juste que Naughty Dog a préféré garder leurs personnalités floues pour que le joueur s'identifie mieux à eux.

- D'ailleurs Coco a un animal de compagnie, un petit tigre nommé Pura. Mais à l'origine cela devait être un panda, car il représente mieux la Chine. Le seul problème, c'est qu'il n'aurait pas eu assez de différences avec Polar, l'ourson polaire qui... Aboie.

Les deux (adorables) mascottes des premiers Crash Bandicoot.

- N.Tropy est un personnage spécialement créé pour le scénario du jeu, car il fallait que quelqu'un ait un rapport avec les machines temporelles et le temps en lui-même.

- Dans les niveaux égyptiens, on peut apercevoir des hiéroglyphes représentant Morgan T Dog, le chien-mascotte de Naughty Dog, malheureusement décédé en 2002.

- Normalement, un assistant préhistorique devait chevaucher le tricératops qui poursuit Crash dans les niveaux qui concernent la préhistoire. Mais à cause de contraintes techniques, ils ont dû abandonner l'idée. 




Crash Team Racing (1999)

- Après ce jeu, la série Crash a connu une grande période de "déstabilisation" qui dure encore aujourd'hui. En effet, les développeurs se sont succédés encore et encore, jusqu'à atteindre un point de non-retour, c'est à dire obtenir le record de développeurs différents pour une franchise.

- La plupart des décors visibles dans les circuits reprennent les niveaux des trois premiers jeux. Par exemple, le château de Cortex est tiré de Crash 1, les égouts de Crash 2, etc.

- Fait intéressant : les filles bandicoot qui remettent les trophées aux gagnants possèdent les prénoms de quatre femmes ayant travaillé pour Naughty Dog : Ami Matsumura-Blaire, Megumi Hosoya, Liz Ashford et Isabelle Tomatis.

Je crois que Crash s'est remit de sa rupture avec Tawna.

- Dans ce jeu, Ripper Roo, un ennemi de Crash, était censé parler. Finalement, sa voix n'est compréhensible que dans la version japonaise (même si elle est carrément loufoque et flippante) et pour la version française, on a le droit à des sons euh... Spéciaux et des sous-titres. 
La version française ICI et la version japonaise ICI pour que vous puissiez comparer.

- Tiny Tiger, un autre ennemi de Crash, a un nom qui ne lui correspond pas du tout. Car non seulement "tiny" se traduit par "minuscule" en anglais, mais en plus il possède l'arène la plus grande du jeu. Son nom se réfère probablement à la taille de son cerveau, car c'est un personnage particulièrement stupide.



Crash Bandicoot : la vengeance de Cortex (2001)

- Dans le scénario beta de ce jeu, Tawna faisait son grand retour et était la fiancée de Crash. Et devinez quel était le but du jeu ? Ben oui vous avez trouvé, elle se faisait enlever et il fallait (encore) la secourir. 

- D'ailleurs en parlant de filles chiantes malchanceuses, dans le niveau Crash'n Burn, un gorille bleu aurait du faire son apparition pour enlever Coco Bandicoot afin de la sacrifier dans le volcan -pourquoi ? Je ne sais pas- et Crash, en tant que frère exemplaire, serait venu la secourir. Cette anecdote rappelle sans aucun doute la vedette des singes, King Kong.

- Dans le niveau "La jungle en folie", on peut voir que Crash se fait poursuivre par plein de rhinocéros lorsqu'il est en Jeep. Mais à l'origine, afin de faire un clin d'oeil au film Jumanji, il devait y avoir toute la faune de la jungle, tel que des girafes, des hippos...


- Normalement, des caisses élémentaires devaient faire leur apparition dans le jeu. Qu'est-ce que c'est ? Ce sont des boî-boîtes que l'on doit casser qui déclenchent aléatoirement des mini-boss, des zones cachées... Mais l'idée ne fût pas retenue car les développeurs ne voulaient pas contredire l'univers de Crash Bandicoot.



Petite parenthèse sur Cortex dans Crash Nitro Kart (2003)

Lors des courses, lorsque Cortex se prend un truc dans la figure, il crie avec une voix qui nous est plutôt familière. Normal puisque c'est la même que celle de Mr Krabs dans Bob l'éponge. En effet, Clancy Brown a prêté sa voix aux deux personnages. 

Effectivement, la ressemblance est frappante.

Au fait, le saviez-vous ? Le nom du Docteur Neo Cortex dérive d'un endroit du cerveau appelé le neocortex. Mais ce n'est pas pour autant que le gros "N" sur son front signifie neo : il veut dire "nerd", soit crétin.

Voilà comment je vois Cortex.




Crash Twinsanity (2004)

- La bande sonore du jeu "Crash Twinsanity" n'a pas utilisé un seul instrument ! En fait il y a juste des voix humaines rythmées, plus particulièrement les voix du groupe a-capella nommé Spiralmouth. Petit exemple avec ma soundtrack préférée.

- Les méchants du jeu, les jumeaux maléfiques, ont été créés à partir de deux perruches insupportables que possédait la femme d'un des développeurs du jeu. Ils devaient avoir pour nom Squabble et Sqwawk, mais finalement ils s’appellent Victor et Moritz.

- Dans les versions japonaises de tous les jeux Crash de la série, Coco s'adresse à son frère en l’appelant "oniichan" signifiant "frangin". Et dans ce jeu, il y a une référence à ce détail quand Cortex se déguise en elle et l'imite en beuglant "Crash ! Mon grand frèèèère !".

 Sachant que Cortex assomme Coco au début du jeu, 
comment a t-il eu ses vêtements ?

- Normalement, Nina Cortex devait apparaître dans Crash Nitro Kart, soit un an avant la sortie de ce jeu. Son apparence est basée sur une boulangère qui travaillait à coté du studio et ce personnage a été créé par Duke Mighten, qui la dotait initialement d'une blouse blanche pour renforcer visuellement son lien avec Cortex. Le seul problème que je trouve vraiment louche est que normalement, Nina est la nièce de Cortex. Mais dans le jeu, celui-ci l'appelle "ma fille" et se corrige aussitôt après. Donc il est possible que Nina soit aussi une manipulation génétique, mais humaine contrairement à tous les autres personnages créés par Cortex.

- On voit dans le jeu que Cortex et Crash sont toujours liés et le bandicoot se sert du savant fou pour assommer ses ennemis, activer des boutons hors de portée en le balançant dessus, etc. Mais à la base, cela devait être Foofie, un bidule coloré enroulé autour du poignet de Crash, qui se chargeait de toutes les actions du jeu. Il devait avoir sa propre personnalité et changer de couleur en fonction de ses émotions. Cependant, l'ambiance insolite du jeu n'était pas poussée à son extrême avec ce petit truc pourtant sympathique.


Et je m'arrêterai ici pour les détails des jeux car la génération suivante de Crash Bandicoot (Crash Boom Bang !, Crash of the Titans et Crash : Generation Mutants) ne m'inspire pas plus que ça.



Fans, je vous aime

Avant d'aimer les autres, il faut savoir s'aimer soi-même

Et ça, Naughty dog l'a bien compris. Car si on regarde bien les premiers jeux Crash Bandicoot, Naughty Dog colle le logo de sa firme partout. Certes, ils sont très discrets, mais il s'agit d'ouvrir l’œil. Par exemple, de Crash 2 à Crash Team Racing, on peut voir sur l'ordi portable de Coco un autocollant qui nous est familier. On l'apercevra aussi dans le dernier niveau de Crash 2 il me semble, sur le vaisseau de Cortex. Malheureusement, dès le changement de boîte, on ne pourra plus voir ces clins d’œil, ce qui est logique.

Bon d'accord c'est une bouillie de pixels mais 
on le reconnaît quand même un peu, non ?


Les fans, une source d'inspiration inépuisable

Je ne sais pas trop si toutes les compagnies de jeux vidéos sont souvent proches de leurs fans, mais ceux qui ont travaillé sur Crash Bandicoot en tout cas, ils aiment qu'on les aime et ça fait plaisir à voir ! Je peux vous donner des exemples avec 3 sociétés :

 - Vicarious visions : à l'époque (environ 2003), un fan plutôt curieux a demandé à connaître les personnages qui seront présents dans Crash Nitro Kart. Non seulement il a obtenu une réponse (car il est très rare que les développeurs spoilent le jeu avant sa sortie) mais en plus des personnages qui n'apparaissent pas ont aussi été cités, ce qui veut dire qu'il a reçu les idées de base. Parmi les personnages supprimés on a les frères Komodo, N.Brio et Rilla Roo. 

- Traveller's tales : la plupart de ceux qui constituent cette boîte ont participé aux conversations des forums... Incognito (!) dans le but de se rapprocher au maximum de leurs fans et de lire ce qu'ils attendent pour les prochains jeux Crash. Donc si un jour vous avez parlé à Spacecat, RMAlbon, Fakenina, Cheesyniblets, The traveller's tail ou Tardie, vous avez en fait parlé aux développeurs des jeux.

- Radical entertainment : pour le jeu "Crash : Génération Mutants", Radical Entertainment a fait un concours de dessin sur le forum Crash Mania et a sélectionné les meilleures réalisations afin de les faire apparaître dans la maison de Crash, l'école publique maléfique et le pack enfants. Les gagnants ont reçu une copie gratuite du jeu et sont crédités dans le générique de fin.


Spyro, le dragon violet

Si vous avez lu mon article précédent, vous avez compris que Spyro et Crash ont de nombreux points communs (mêmes débuts géniaux, même destin tragique -malheureusement-), et "collaborent" quelquefois ensemble.
C'est ainsi qu'on peut apercevoir, dans Crash Twinsanity, le Spyro de "A Hero's Tail" en train de garder un trésor et avec un air pas forcément sympathique. Cependant, sa bouille mignonne ne le rend pas très crédible dans son rôle de créature sauvage et impressionnante.


Mais saviez-vous qu'à la base il ne devait pas apparaître dans le jeu ? Normalement, cela devait être un plombier nommé Maronic the plumber ressemblant étrangement à Mario qui devait servir de cameo.



Crash Bandicoot et la publicité

Crash, le livreur de pizza.

En 1999, une certaine chaîne de pizzeria -pour ne pas citer Pizza Hut- s'est mise en partenariat avec... Sony ! (rapport entre la pizza et le jeu vidéo : je ne sais pas)
Robin Clarck, le gérant de la chaîne, recherchait une icône sympa et "dans le vent" pour se faire de la bonne publicité. Et donc, grâce à Sony, Crash peut marquer sur son CV qu'il a fait livreur de pizza. Voilà. Lien de la vidéo ICI.



Crash drague à McDonald

Non non, je n'invente rien. Il y a quelques années, lorsque les piles dans les jouets Happy Meal de Macdo étaient encore autorisées, on pouvait avoir des mini-jeux vidéos avec en héros Crash ou Spyro. Encore un point commun avec notre cher dragon.
Tout ça c'est bien, mais il faudrait peut-être que les gens qui conçoivent les pubs se renseignent un peu avant de les faire passer à la télé. Car faire passer Crash pour un dragueur d’hôtesses à Macdo ça passe encore, mais pas quand c'est sa soeur, Coco voyons, c'est glauque ! Lien ICI.

"On se connaît ?" "Je suis ta soeur, abruti"





Et voilà, c'est la fin pour aujourd'hui ! Pfouh, j'en aurais mis du temps à le finir, cet article, il a demandé au moins un bon mois de travail, j'espère que le résultat en vaut la peine et que vous avez passé un bon moment.
Sources : gooddingodile.kazeo.com, crashland.elynx.fr, crashbandicoot.wikia.com et zembillas.blogspot.fr.

Pseudo-Mew aime cette image remplie d'amour.