Spyro, le p'tit dragon violet.

Avec Blogger, je peux ajouter un tas de trucs inutiles. Une araignée de compagnie, la météo, l'heure (alors qu'on l'a tous sur nos ordis), un chat qui suit du regard le curseur, mes statistiques -mais j'ai pas envie de me faire ridiculiser-, une fausse webcam coquine... Finalement, j'ai opté pour des poissons rouges... Noirs. Internet fait des merveilles !


Enfin, mis à part cette introduction inutile, entrons dans le vif du sujet. Aujourd'hui je vais vous parler du héros de mon enfance, celui qui m'a littéralement fait adorer les dragons, malgré sa couleur violette atypique : je vous parle bien sûr de Spyro !




Qui est Spyro ?

Le seul, le vrai, l'unique

Spyro n'est peut-être pas aussi connu que Mario ou Sonic, mais il a eu le droit à sa petite popularité malgré tout. Son premier jeu, sorti en 1998 sur Playstation et développé par Insomniac Games, est considéré comme le meilleur par les fans, car c'est "les sources, l'origine, the first, tu peux pas comprendre quoi". Le joueur dirige donc ce jeune dragon violet, énergique et courageux comme la plupart des héros de jeux vidéo. A la base, son design devait intéresser les enfants entre 9 et 12 ans, ce qui explique sa petite taille et son allure cartoon.

Dans le premier opus, les soldats vous montraient leur cul cubique.



ASV (âge sexe ville)

Ce personnage, créé par Charles Zembillas, deviendra très rapidement la mascotte de la Playstation première du nom, aux côtés de Crash Bandicoot.
On sait tous que ce dragon est très jeune (car dans tous les jeux il est petit par rapport aux adultes de son espèce) mais savez-vous quel âge a t-il précisément ? Il suffit d'un peu de logique pour le deviner. Dans le troisième jeu "Year of the dragon", toujours sur Playstation, on apprend que les dragons naissent seulement lors de l'année du dragon, c'est à dire tous les 12 ans selon le calendrier chinois. Et vu l'apparence relativement juvénile de Spyro, on peut donc conclure qu'il a 12 ans, ou n'importe quel multiple de 12.
Quant à son nom, les origines n'ayant pas été clairement précisées, on peut tout de même imaginer qu'il vient du grec "pyro" signifiant "feu" fusionné avec le mot latin "spiro", voulant dire "respirer". Il respire du feu, quoi. Comme tous les dragons.



Mais quelle est son histoire ?

Dans les jeux, Spyro a une sorte de jauge de vie ambulante qui s'appellera d'abord Étincelle puis Sparx, à partir du deuxième jeu. C'est une libellule qui change de couleur en fonction du nombre de coups reçus. Bon, on se dit c'est mignon, et ça change de la barre verte cadrée en haut de l'écran. Mais lorsque Insomniac Games passe le relais à Vivendi Universal, ça chaboule tout ce qui fait qu'en plus de l'ajout du caractère arrogant de Spyro, on se retrouve avec une explication du "pourquoi un dragon et une libellule sont inséparables". Et c'est à dormir debout, je vous laisse juger par vous-même :

"Alors que la paix demeurait au royaume des dragons lors de l'année de la ponte des oeufs (l'année du dragon, donc), trois voleurs se sont enfuis avec un oeuf chacun : deux oeufs de dragons et un oeuf de libellule. Mais les voleurs ont été rapidement retrouvés et ont donc abandonné deux oeufs  : Spyro naquit d'abord, puis vint le tour de Sparx. Élevés de la même manière, ils devinrent rapidement inséparables. Mais que contient le troisième oeuf, alors ? Eh bien il s'agit de Cynder, une dragonne qui deviendra l'esclave de Malefor, l'antagoniste principal des opus suivants."


Même pas nés et déjà persécutés.




Savez-vous à quoi Spyro devait ressembler ?

Ceci est une question rhétorique, ça sert à rien d'essayer d'y répondre.

Sur cet article, j'ai la chance d'avoir trouvé des trucs normalement presque inexistants sur Internet, c'est à dire les croquis de base d'un personnage de jeu vidéo, qui sont généralement totalement différents du protagoniste actuel. Et le moins qu'on puisse dire, c'est que j'ai été servie ! Des pages et des pages de croquis de Spyro, le rêve ! 
Le seul truc c'est que je n'ai pas assez de place pour tout mettre. Donc j'ai regroupé les meilleurs croquis sur l'image ci-dessous, et j'ai essayé de les mettre dans l'ordre chronologique. Mais avant cela...


Une consigne relativement simple

Insomniac games n'a pas voulu se casser la tête. Pour les esquisses, ils avaient juste demandé un... Simple dragon, de n'importe quelle forme pouvant physiquement plaire aux enfants, et ensuite construire un univers autour de lui. Même si sa couleur n'était pas encore décidée, il fallait qu'il ne soit pas vert. Pourquoi ? Tout simplement car même si c'est la couleur traditionnelle des dragons, il risquait de se confondre avec le décor, notamment l'herbe et tout autre type de végétation. C'est ainsi qu'il est devenu violet, couleur choisie car elle est tout sauf commune.



Vous remarquerez que le grand dragon a servi de modèle aux adultes de la série.

Et c'est comme ça que Spyro inspyro inspira trois titres à succès sur la Playstation. Mais malgré cette réussite, Insomniac Games abandonna lâchement notre pauvre dragon. Pourquoi tant de haine ? La raison est assez injuste : comme Spyro est un quadrupède, on peut difficilement lui faire tenir des objets utiles, et son gameplay est alors extrêmement réduit. 




Une série subissant une descente aux Enfers

Depuis le début de cet article, je parle surtout de l'âge d'or de la série Spyro, qui est en fait... Son début. Après cela, dès que ça a changé de développeur, il y a eu comme une sorte de déséquilibre de sa popularité et ses jeux sont devenus de moins en moins bons. Et comme les équipes de production s'en sont vite aperçu, ils jouaient un peu au jeu de la bombe (note : ce jeu pour colos de vacances consiste à faire passer un ballon en comptant jusqu'à dix, et celui qui l'a dans les mains à la fin du décompte a perdu) et du coup quelques jeux ont littéralement été fait à la va-vite. Dans cette partie, je m'attarderai sur les jeux qui ont marqué la série. Mais malgré mes critiques assez cassantes, je rappelle que Spyro est mon personnage de jeu vidéo favori !

Voilà ce qui résume la progression actuelle de la série : au bord du gouffre.



Spyro : Enter the dragonfly

Gamecube et Playstation2, 2002
Voici donc le quatrième volet de la série, la relève de Insomniac Games. L'avis des fans ? Attendez-vous à du lourd mes cocos : "Scénario maladroit, manque d'originalité dû au fait que ce sont exactement les mêmes décors qu'auparavant, des temps de chargement supers longs -un peu plus d'une minute-, des bugs de voix complètement ridicules dans les versions autres qu'anglophones (certains personnages mâles avaient une voix de fille), le personnage de Spyro a un physique complètement raté, ses déplacements sont longs et lents..." Rien que ça ! Enfin, je ne vais pas vous faire un dessin, les amateurs du dragon violet considèrent encore aujourd'hui ce jeu comme le plus raté de la saga originelle. 
Mais il y a une explication à cela. L'éditeur, Universal Interactive, aurait mis la pression aux développeurs juste pour faire sortir le jeu avant sa date prévue. Résultat : le jeu est bâclé. Pourtant, il a été développé par deux studios, qui sont Check Six Studios et Equinox Digital Entertainment. Ce fut également leur seule réalisation, quelle coïncidence... Tandis que certains prétendent qu'ils ont mis la clé sous la porte après cet échec intersidéral, d'autres disent que ces deux studios ont été créés juste pour ce jeu.

Ceci dit c'est vraiment dommage car j'adore les jaquettes.



Spyro Fusion

Gameboy Advance, 2004
Ce cross-over fait sur GBA met en scène les deux stars de la Playstation : notre dragon violet et Crash Bandicoot qui s'allient pour se débarrasser de Ripto* et Cortex, à travers un mélange de plateformes et de mini-jeux, ce qui évite d'avoir un rendu trop linéaire. Vous remarquerez aussi que les titres anglais font référence aux couleurs des protagonistes ; ils sont nommés Crash Purple et Spyro Orange. Et, chose qui n'était pas super fréquente à l'époque, on pouvait jouer avec quatre personnes sur une seule cartouche. (oui vous savez, grâce à ce fameux câble qui ne marchait qu'une fois sur douze) Globalement tous les Spyro sortis sur GBA sont biens, et le point positif est que généralement ils sont plutôt durs, donc on a besoin de nombreuses heures de jeu avant de parvenir à la fin -si on y parvient ! Car je n'ai jamais réussi à finir "Spyro : The Season of Ice" malgré mon acharnement hors du commun-.

* détail amusant : le nom Ripto provient simplement de la forme des symboles japonais de la boîte du premier Spyro.




Spyro : Dawn of the dragon

Wii, Xbox360, Playstation3, Playstation 2, Nintendo Ds, 2008
Alors que la nouvelle saga de Spyro (constituée de "A New Beginning" et "The Eternal Night") commençait à recevoir des critiques plutôt négatives à cause de son univers trop sombre et son gameplay jugé trop mou, les développeurs d’Étranges Libellules -oui ça a encore changé de développeurs- ont tenté le tout pour le tout : changement complet de tactique. Apparence de Spyro et des autres personnages plus mature, graphismes soignés et plus réalistes, super musique, mélange de niveaux et de film, on peut y jouer à deux et surtout, la capacité de voler n'importe quand. Une grande première ! On a plus à planer péniblement d'un endroit à un autre, car les boss se déroulent dans des combats aériens. 

Je trouve le design des dragons très réussi dans cet opus.



Skylanders : Spyro's Adventure

Nintendo 3DS, Wii, Playstation3, Xbox360, PC, 2011
Là, je risque de ne pas être aimable. Ce... Jeu est le premier de la série à avoir la capacité d'être multijoueurs, et on doit acheter ses personnages sous forme de figurine. Donc on doit acheter la jaquette et ses compléments, ce qui est un poil commercial. Il connaîtra une suite nommée "Skylanders : Giants" et une adaptation en roman nommée "Skylanders : The machine of Doom" en constatant que le nom Spyro a COMPLÈTEMENT disparu. *éclate en sanglots* mais c'est quoi votre problème, enfin ?! Regardez le physique de Spyro ! Vous l'avez ruiné ! On dirait le croisement entre un troll et un bouledogue, surtout que les croquis de base présentaient un Spyro assez classe quoi ! Je vous hais !
*part en claquant la porte*

Activision, tu es fiché dans ma liste noire en gras, souligné , italique et taille 42 !




Cynder et Malefor

Je vais uniquement parler de ces deux personnages là présents dans la dernière trilogie de Spyro, car j'ai envie, c'est tout. Il n'y a pas d'autre explication.


Cynder, la belle ténébreuse


N'est-elle pas mignonne ?

 Elle est mon personnage préféré de la série Spyro. Elle est tellement classe, tellement mystérieuse... *s'emporte*
C'est le personnage qui a les rôles qui divergent le plus selon les jeux. Dans "A New Beginning", il s'agit clairement d'une antagoniste, sous la forme d'un immense dragon noir. Dans "The Eternal Night", elle est un personnage plutôt neutre, rongée par le remord et voulant quitter le pays. Et enfin, dans "Dawn of The Dragon", c'est une protagoniste, aidant Spyro à accomplir sa quête. Notons aussi que dans chaque jeu, elle change de physique. Et en plus de cela, dans le dernier opus, elle porte des bijoux de fer, comme lorsqu'elle est possédée par le Maître Noir. Un des producteurs de la série justifie ça en disant que c'est comme pour combattre sa peur de redevenir à nouveau une esclave. Normalement, une cinématique devait être insérée dans le jeu mettant en scène Cynder qui met ses bijoux, mais elle a été abandonnée car ils n'avaient pas le temps de la faire.

Cynder possédée par Malefor.

Et enfin, GROS COUP DE GUEULE : dans la nouvelle bande annonce de "Skylanders : Giants" (Admirez le massacre. Grrr... Lien ICI) Cynder apparaît comme étant un mec. Elle a une voix de mec !!! Le respect pour la série n'existe plus.





Malefor, le Maître Noir, le méchant de la série, tout ce que vous voulez.

Il est l'adversaire principal de la trilogie Spyro. Les origines de son nom sont multiples, il y en a pour tous les goûts : soit on peut penser que c'est une variante de "Valefar" qui est un démon de la religion chrétienne et duc de l'Enfer, ou soit son nom vient du latin "malum" voulant dire "mal" combiné au grec "foreo" signifiant "porteur", donc littéralement ça fait "le porteur du mal, la source du mal". 
Dans le design d'origine de Malefor, ses yeux sont totalement jaunes, et sans pupilles, ce qui lui donne un air menaçant. Par contre, lorsqu'on l'affronte dans le jeu, il a comme des pupilles de serpent, rendant son visage à la fois doux et sinistre.
En parlant du jeu, à la fin je vais peut-être spoiler mais ce ne sont pas Spyro et Cynder qui battent le Maître Noir, malgré leur longue bataille. Ce sont les ancêtres apparaissant sous forme de fantômes qui le font disparaître dans le monde des ténèbres (remarque, comme c'est un méchant, peut-être que ça ne lui déplaît pas).

"Avec des yeux pareils, tu peux voir dans le noir ?"




Le légendaire film "Spyro 3D"

Les blogs et autres sites nous avaient mis au courant : en 2007, une rumeur circulait sur le fait que les droits du film pour Spyro le dragon avaient été achetés. On allait enfin avoir un film, que demander de plus ? Le scénario, écrit par Daniel et Steven Altière, reprend globalement la trilogie. Le film, intitulé provisoirement "The legend of Spyro 3D", supposant donc une utilisation des fameuses lunettes noires de cinéma, allait être réalisé à Los Angeles en Californie par Mark Dippe. Ce film dont la sortie devait être originalement prévue pour Noël 2009 aux Etats-Unis et au Canada, aurait été retardée au 10 Avril 2010. Cependant, Daniel Altière a confirmé que la rumeur à propos des dates est fausse et que le film a tout simplement été annulé par Activision lui-même, qui voulait offrir une licence à une autre direction conceptuelle, plus connue sous le nom de... Skylanders.
La raison est simple : le processus jeu vidéo/jouet est beaucoup plus rentable qu'un film. Le fric, toujours le fric. 

Bon après c'était le producteur d'Eragon qui devait se charger de la réalisation 
du film, l'annulation a peut-être été une bonne chose finalement...



Apparition du dragon violet dans Skyrim

Skyrim, un jeu qui est maintenant une référence de la culture geek, nous fait contrôler le fils de dragon qui peut parler le langage dragonique et utiliser les pouvoirs des dragons qu'il a combattu, le tout dans un univers heroic fantasy médiéval. Inutile de dire que dans ce jeu, les dragons ont une classe qui déchire tout. C'est ainsi que des fans ont créé un mod disponible sur PC qui met en scène Spyro et Cynder. Ce ne sont peut-être que des changements de textures mais ils sont très réussis et impressionnants !





Just for fun

Vous l'aurez compris, depuis le début de cet article, je suis anti-Skylanders (ça se voit tant que ça ?) mais au moins, je ne suis pas seule. Donc ci-dessous je vais vous présenter mes fan arts préférés caricaturant la mocheté le petit bouledogue violet.

Cliquez sur l'image pour l'agrandir.


"Grû." disait Spyro, lors de son interview dans Skylanders.



Et voilà les gens c'est fini pour aujourd'hui !
Mes sources : gamerobs.com, spyro.wikia.com et cgrecord.net

Allez, j'vous laisse avec cette superbe image de Luigi qui est dans le caca. (rapport avec le reste de l'article ? Aucun.)



"Luigi dans le caca"... Après, Pseudo-Mew râle car les mots-clés de recherche du blog sont assez spéciaux.